coulisses madame lirette

Coulisses de fabrication des créations Madame Lirette

Parce qu’il est important de savoir ce que l’on achète et parce que Madame Lirette tient à être honnête avec ses futurs acheteurs et actuels clients, elle vous dévoile, en toute transparence, ses secrets de fabrication.

La genèse …le DON

L’histoire démarre toujours par un DON…un don d’un/une amie, d’un/ d’une voisine, d’un/d’une connaissance, d’un membre de la famille ou même d’un inconnu mais qui est la connaissance de la connaissance. Un peu comme une communauté de donneurs responsables, très contents de faire un geste pour la planète et accessoirement de me rendre heureuse.

Par exemple, pour le coussin SERAPHINE, coloris rose / vert, c’est les draps de Mamie Monique, ma belle mère, lassée de son drap fleuri, un peu d’un autre temps mais encore en très bon état qui décide, en me le confiant, de lui offrir un autre destin que les conteneurs métalliques. Car, il est vrai qu’on ne sait pas trop où ça atterrit!⠀

C’est parti… 1ère étape le LAVAGE

La première chose à faire, ça paraît évident mais c’est important, le LAVAGE, pour assurer la neutralité microbienne avant toute manipulation et revente. Madame Lirette lave tous les draps collectés en cycle coton à 60° en machine et les sèche à l’air libre au mistral de Provence, efficacité approuvée en un temps record !

2ème étape le DECHIRAGE

Dans un drap, on fait plusieurs encoches de quelques centimètres. On attrape chaque petit bout de lirette et on déchire énergiquement, un bras vers la droite et un autre vers la gauche. Le déchirage de la lirette est une bonne technique pour se muscler ou pour passer ses nerfs, pas besoin de s’inscrire à la salle de sport ! C’est tellement jouissif de pouvoir, pour une fois, déchirer sans contraintes ! Le kiff !!

En plus, bonne nouvelle, le déchirage ne demande pas de compétences particulières. Vous pouvez embauchez vos amis, vos enfants et tous ceux qui veulent se prêter au jeu. Les enfants adorent. La règle : 1 bandelette = 1 enfant et GO, tout le monde part en courant ! Votre drap est déchiré en 10 min alors que seule, il vous faut 40 min et 20 fois plus d’énergie ! Royal, le recyclage textile !

Focus, on revient au drap de Mamie Monique, le déchirage en lirette a complètement cassé les motifs des fleurs. Il ne reste plus que des points de couleurs. Le drap est comme ressuscité, il n’est plus associé à une époque, à un style mais considéré comme une palette graphique.

3ième étape le TISSAGE

Madame Lirette, pour ses créations, utilise la technique du tissage à l’aide d’un métier à tisser. Le tissage est une technique ancestrale, apparue vers 1000 avant J-C, qui consiste à entrecroiser des fils verticaux (la chaîne) et horizontaux (la trame) de façon très serrée pour créer une étoffe.

La préparation de la lirette pour le TISSAGE

Avant de s’atteler au tissage, il faut embobiner les bandelettes de lirette sur les navettes en reliant chaque lirette par un nœud spécial suffisamment solide et peu épais. (NB : c’est les surplus de tissu qu’on observe sur les créations). C’est une étape assez longue car il faut retirer tous les petits fils qui se créer au déchirage pour obtenir un meilleur rendu visuel sur les créations. On s’arme de patience et généralement on fait ça devant un bon film ou documentaire !

Choix des coloris, des imprimés

Madame Lirette choisit les associations de couleurs, de matières. Elle aime utiliser des fils de natures différentes (fils métalliques, laine, coton à épaisseur variable, etc). Elle sélectionne une ou deux couleurs / imprimés de lirette et un à deux fils fantaisies. Ce n’est qu’une première approche du rendu couleur car ce n’est qu’au tissage qu’on pourra juger du résultat final.

Montage de la chaîne du METIER à TISSER

C’est l’installation des fameux fils verticaux, ceux qui vont bloquer les fils horizontaux. C’est ici qu’on décide de la largeur de l’étoffe voulue. Le protocole est un peu fastidieux, minutieux, technique alors je vous l’épargne.

Enfin le tissage, la cerise sur le gâteau !

Jusqu’à ce stade, on ne connaît pas le rendu du tissage. Que vont donner les draps de Mamie Monique ? Alors, c’est partit, on démarre le tissage. La navette passe de droite à gauche, on rabat le peigne, la navette passe de gauche à droite, on rabat le peigne, la navette repasse de droite à gauche, on rabat le peigne et ainsi de suite. C’est carte blanche ! Madame Lirette définit l’alternance des couleurs, la présence ou non de fils fantaisies, la répétition de section , etc…

Au clic -clac de la pendule, l’étoffe prend vie ! Enfin, la magie opère !.. il faut être un peu patient car on tisse, en moyenne,  60 cm en 1 heure, soit 1 cm à la minute, ça relève de l’exercice méditatif pour les non initiés !

Surprise, le tissu fleuri de Mamie Monique renaît en une nouvelle étoffe aux tonalités à la fois vives, contrastées, nuancées, le résultat est très surprenant !

4ième étape la CONFECTION

Au regard de l’étoffe tissée (métrage, coloris), Madame Lirette choisi de la transformer en accessoires de mode ou déco. Elle s’équipe alors de ses ciseaux, de ses gabarits et s’active sur ses machines. Les articles prennent forme ! coussin, corbeille de rangement, pochettes, étui à lunettes. C’est repartit pour 20 ans, la MAGIE du RECYCLAGE TEXTILE !⠀

Les draps de mamie Monique ont donné naissance à de nouveaux accessoires. Vous pouvez les retrouver sur l’e-shop, en sélectionnant la catégorie « coloris rose / vert »Madame Lirette aime, suivant la collecte, proposez plusieurs articles à partir d’un même coloris.

Conclusion, Madame Lirette, designer textile

Comme une designer textile, Madame Lirette crée sa matière “l’étoffe tissée » puis la décline sur les différents modèles de sa collection suivant ses envies. Les créations s’expriment sur un style chic, éthnique, bohème, que des intemporels, persuadée, comme Yves Saint Laurent que “la mode passe et le style reste”.

Des créations à forte valeur ajoutée qui ont un prix !

Les créations Madame Lirette sont des créations coups de coeur, uniques, éco-responsables, originales, éthiques, fait en Provence 100% à la main. Certes ce n’est pas le prix des fournitures qui est important mais le temps passé à les trouver, les rapatrier, les laver, les étendre, les décomposer, les défiler, les enfiler, les tisser, les repasser, les coudre,,…Alors, après avoir parcouru cet article, vous comprendrez mieux pourquoi Madame Lirette ne peut pas vendre ses créations au même prix que ceux de Ikea. Tout nous différencie !

En espérant que cet article vous ai plu. Madame Lirette

Laisser un Commentaire